En faveur de l’intégration régionale

Depuis plusieurs années, les Etats se sont engagés à mettre en place des cadres juridique et institutionnel adéquats tant au niveau national que sous-régional, pour atteindre les trois objectifs de la Convention sur la Diversité Biologique : la conservation, l’utilisation durable et le partage équitable des bénéfices résultant de l’accès et de l’exploitation des ressources génétiques.

S’agissant des accords conventionnels sous-régionaux, les Etats ont adopté, depuis les années 80 des conventions spécifiques au complexe WAPO sur des aspects majeurs de la conservation (lutte contre le braconnage, transhumance). Ces dispositifs régionaux viennent s’ajouter aux conventions internationales ratifiées par ces Etats.

Ratification d’accords multilatéraux sur l’environnement (AME)

Il s’agit des conventions qui concourent à une conservation durable des ressources naturelles et de la diversité biologique :

  • la Convention de Ramsar sur les zones humides d’importance internationale ;
  • la Convention sur la Diversité Biologique ;
  • la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ;
  • la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification ;
  • la Convention Africaine sur la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles ;
  • la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel applicable dans une partie du complexe WAPO ;
  • la Convention sur la conservation des Espèces Migratrices appartenant à la faune sauvage qui offre un cadre pour la conclusion, entre pays situés sur une même route de migration, d’accords de gestion concertée des espèces migratrices.

Faciliter une gestion concertée du WAPO

Les pays partageant le complexe WAPO ont fait des efforts pour coordonner la gestion de ce vaste continuum écologique. Ainsi, dès 2002, les parcs nationaux du Bénin, du Burkina Faso et du Niger, avec leurs réserves adjacentes, ont été définis comme première Réserve de Biosphère Transfrontalière en Afrique du Programme Man and Biosphere (MAB) de l’UNESCO.

Ces efforts ont permis d’adopter des instruments politiques, législatifs et réglementaires pertinents, cohérents, et communautaires visant à une meilleure conservation des aires protégées.

Déclaration de la Tapoa

La Déclaration de la Tapoa, signée le 12 mai 2000 à la Tapoa (Niger), affirme que les Ministères en charge des systèmes nationaux d’aires protégées du Bénin, du Burkina Faso et du Niger s’engagent à mettre en place des outils législatifs et institutionnels adéquats au niveau national et sous-régional pour faciliter une gestion concertée du complexe WAP.

Accord sur la lutte contre le braconnage

L’Accord sur la lutte contre le braconnage a été signé entre le Bénin et le Burkina Faso en 1984 et étendu au Niger en 1986. Il formalise, réglemente la coopération entre les trois Etats et organise la lutte transfrontalière contre le braconnage, menace essentielle pour la survie de la faune du parc.

Accord de Gestion Concertée de la Réserve de la Biosphère Transfrontalière du W (RBT/W)

Il s’agit d’un important accord tripartite qui a été signé entre les trois Etats cités plus haut en 2008.
Ses objectifs concernent :

  • la protection et la valorisation des patrimoines naturels, archéologiques et culturels de la RBT/W ;
  • l’harmonisation des politiques de développement et de gestion des patrimoines naturels, archéologiques et culturels dans la RBT/W, dans le respect des préoccupations et intérêts communs des Etats Parties ;
  • la promotion et la gestion décentralisée et le partage équitable des bénéfices entre les acteurs de la gestion de la RBT/W.

Accord tripartite sur la gestion de la transhumance dans la zone de la RBT W (2003)

La Décision A/DEC-5/10/98 du 31 octobre 1998 relative à la réglementation de la transhumance entre les États membres de la CEDEAO a été adoptée. Son objectif est d’assurer une transhumance transfrontalière moins conflictuelle. Bien que n’étant pas spécifique au WAPO, il s’agit d’un accord sous régional applicable à cet espace et qui s’analyse comme un instrument d’harmonisation des législations nationales en la matière.

Accord quadripartite de Gestion Concertée du Système d’Aires Protégées du WAPO(2003)

Le Conseil d’Orientation des Ministres du 5 Février 2010 tenu à Cotonou (Bénin) avait recommandé de procéder à la révision de l’Accord Tripartite de Gestion Concertée de la RBT/W en vue de son extension à l’ensemble du complexe WAPO (complexe W-Arly-Pendjari et complexe Oti-Kéran-Mandouri), élargissant ses compétences et ses organes de mise en œuvre. Cette recommandation a été déclinée en activité pour élaborer l’Accord quadripartite, considéré comme un cadre juridique de coopération transfrontalière du complexe WAPO. Ce processus est en cours et est actuellement au stade d’avant-projet.