Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)
L'UNESCO accompagne le complexe WAPO par le développement de projets de coopération scientifique.
Unesco.jpg

Le Programme scientifique sur « l’Homme et la biosphère (MAB) » de l’UNESCO a reconnu le Parc national de la Pendjari (Bénin) et le Parc régional du W, Réserves de Biosphères.

D’autre part, la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel a inscrit la partie nigérienne du Parc régional du W, sur la liste du Patrimoine mondial, lui reconnaissant une « valeur universelle exceptionnelle ». L’extension de cette inscription à l’ensemble du complexe WAP (Parcs nationaux du W, côté Burkina Faso et Bénin, le Parc national d’Arly ‘Burkina’ et le Parc national de la Pendjari ‘Bénin’) est en cours de préparation avec le Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente (PAPE).

 

 

Convention de Ramsar
Ramsar.jpg

La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar a répertorié cinq zones humides d’importance internationale dans le complexe écologique WAP.

  • Site Ramsar du Complexe W
    [WI No.1BJ003 ; Ramsar No.1668]
  • Parc National du W, Burkina Faso
    [WI No.1BF003 ; Ramsar No.492]
  • Parc National du W, Niger
    [WI No.1NE001 ; Ramsar No.355]
  • Réserve Total de Faune d’Arly, Burkina Faso
    [WI No.1BF014 ; Ramsar No.1884]
  • Zone humide de la rivière Pendjari 
    [WI No. 1BJ004; Ramsar No.1669

Convention de Ramsar est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Programme Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO)
Bird_Lif_ international.jpg

Le programme Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) développé par le réseau BIRDLIFE est le fruit d’un travail d’envergure mondiale. Il a pour objectif d’identifier, de préserver et de surveiller un réseau de sites dont les habitats sont essentiels aux populations d’oiseaux.

Quatre sites ZICO identifiés dans le complexe WAP

  1. Parc national du W, Bénin (BJ001)
  2. Complexe Arli-W-Singou, Burkina Faso (BF008)
  3. Parc national du W, Niger (NE001)
  4. Parc national de la Pendjari, Bénin (BJ002)

 

Plus d’informations

 

Programme de gestion de la Biodiversité et des aires protégées (BIOPAMA)
BIOPAMA - Logo.jpg

Le programme de gestion de la Biodiversité et des aires protégées (BIOPAMA), sur financement de la Commission européenne (enveloppe ACP pour la biodiversité), vise à améliorer la conservation de la biodiversité à long terme dans les régions ACP et à réduire la pauvreté des populations environnantes des aires protégées.
Zone d’intervention : Pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique)
Exécution : UICN, CE-CCR et GIZ-APA.

Plus d’informations

 

Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN)
uicn_high_res.jpg

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) exécute un contrat de la composante 3 du Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente. Elle y dispose d’un poste d’observateur au sein du Comité Technique de Suivi et Conseil des Ministres du Programme d’Appui des Parcs de l’Entente.
L’IUCN a également signé un Accord Cadre avec la Commission de l’UEMOA permettant de travailler sur des thématiques transversales (BIOPAMA, conservation des espèces, GIRE, etc.)
En Afrique de l’Ouest, et plus précisément sur l’aire du complexe WAPO, l’UICN conduit le Programme Afrique centrale et occidentale (PACO), lequel se fonde sur 5 programmes thématiques régionaux (PTR) qui développent une vision régionale :

Le PACO s’étend sur 25 États et est soutenu par des bureaux de Programme pays et des bureaux de projets.
Rappelons que l’UICN est la plus ancienne et la plus grande organisation mondiale de l’environnement. Elle compte plus de 1 200 membres, gouvernements et ONG, et près de 11 000 experts bénévoles dans quelque 160 pays.

 

 

Stichting Nederlandse Vrijwilligers (SNV)
SNV-SMART-line-POS2.jpg

La SNV (Stichting Nederlandse Vrijwilligers) est une Organisation Néerlandaise de Développement à but non lucratif. Elle intervient depuis 1965 dans 38 pays en développement en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, où elle cherche à briser le cycle de la pauvreté.
La SNV fournit des services de renforcement des capacités, de plaidoyer aux institutions et aux organisations locales dans les domaines de l’agriculture, des énergies renouvelables et de l’eau/hygiène/assainissement.
Dans le cadre du PAPE, la SNV intervient au niveau de la composante 3 pour un contrat d’appui à la résolution du problème de la transhumance dans les aires protégées.

 

 

Groupe de Recherche et d’Echanges Technologiques (GRET)
logoGretFr.jpg

 

Fondé en 1976, le Groupe de Recherche et d’Echanges Technologiques (GRET) est une ONG française de développement qui agit pour lutter contre la pauvreté et les inégalités.

Présence : 30 pays dans le monde.
Le GRET a installé des représentations permanentes au Burkina Faso et au Niger où il intervient sur la thématique de la gestion des ressources naturelles (GRN) au bénéfice des populations locales. Le programme GRN se structure autour de trois grands thèmes : forêts et mécanisme REDD ; aires protégées et biodiversité ; gestion sociale de l’eau/gestion intégrée des ressources en eau.

Avec l’ONG AFAUDEB du Burkina Faso, le GRET exécute un aspect de la composante 3 du Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente, portant sur le renforcement de la gouvernance et de la valorisation des ressources naturelles des périphéries des parcs nationaux d’Arly et de la Pendjari.

RONGEAD
RONGEAD-En.jpg

RONGEAD est une ONG française dont les activités couvrent les secteurs des filières agricoles, agro-industrielles et des produits forestiers non-ligneux.
Missions : faciliter l’accès au marché des acteurs de la chaîne de valeur, renforcer les capacités des organisations de producteurs, réduire les externalités environnementales dans les processus de transformation et des politiques agricoles dans les pays en développement.

Avec l’appui de l’ONG INADES au Burkina Faso, RONGEAD exécute un aspect de la composante 3 du Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente, qui porte sur le projet GOURMANTOUR/BURKINA. Ce projet vise à intégrer les besoins socio-économiques des populations périphériques aux zones protégées pour une meilleure conservation de la nature dans le complexe WAP.

 

 

Association pour la Promotion de l’Intercommunalité dans le Département de l’Alibori (APIDA)
APIDA.jpg

L’Association pour la Promotion de l’Intercommunalité dans le Département de l’Alibori (APIDA) intervient sur six communes en périphérie du Parc national de la Pendjari (Banikoara, Gogounou, Kandi, Karimama, Malanville et Ségbana).

Objectifs

  • Renforcer durablement la conservation des écosystèmes des Aires Protégées dans le département de l’Alibori avec optimisation des bénéfices pour les populations riveraines ;
  • Contribuer à la conservation du Parc du W par l’expérimentation de nouvelles approches économiques et de gouvernance du territoire conduites par les communes de l’Alibori.

L’APIDA exécute un contrat de la composante 3 du Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente portant sur le Programme intercommunal pour la conservation de la gestion des espaces naturels comme levier de développement local durable.

 

 

Union des Associations Villageoises de Gestion des Réserves de Faune (U-AVIGREF)
LogoAVIGREF.jpg

L’Union des Associations Villageoises de Gestion des Réserves de Faune (U-AVIGREF) est une structure faitière chargée de concilier les besoins de la population riveraine avec les exigences de la conservation. Sa vision est de faire de cette aire protégée, la Réserve de Biosphère de la Pendjari, un modèle de cogestion et le moteur du développement durable de la région.
Rappelons que la cogestion dans le cas présent est une approche de gestion participative impliquant deux acteurs principaux : le Centre national de Gestion des Réserves de Faune (CENAGREF), structure étatique béninoise et l’U-AVIGREF.

Objectifs

  • Participer à la gestion durable de la Réserve de Biosphère de la Pendjari avec la Direction du Parc nationale de la Pendjari ;
  • Réduire la pression des populations sur la réserve par la mise en œuvre des activités génératrices de revenus ;