Des formations végétales typiques de la savane soudano-sahélienne

Le Parc National d’Arly, situé au Burkina Faso, est en fait composé des Réserves intégrales de faune d’Arly (76 000 ha) et de Madjoari (17 000 ha) ainsi que d’une partie de la Réserve partielle d’Arly (130 000 ha). Depuis 1978, cet ensemble de réserves bénéficie du titre de parc national sans statut juridique officiel (le conseil des ministres du 30 octobre 2014 a donné son feu vert pour une acceptation par l’Assemblée nationale). Le nouveau Parc National d’Arly couvre une superficie évaluée à 220 500 ha. Il est limité au Nord par la zone de chasse de Pagou-Tandougou et de Wamou, au Sud par la commune de Madjoari (enclave dans le complexe WAP) et le Parc National de la Pendjari en République de Bénin, à l’Ouest par le Ranch de gibier de Singou, Pama Nord et la zone de chasse de Konkombouri, à l’Est par la zone de chasse de Koakrana. La zone centrale ainsi que les zones tampon sont gérées de façon concertée entre le gouvernement et le secteur privé, ce dernier jouant le rôle principal dans les contrats de concession de chasse.

ROB_8294_Arly.jpg

Les types de formations végétales rencontrées sont typiques de la savane soudano-sahélienne : savanes boisées et arborées, prairies dans le lit supérieur des rivières et galeries forestières, le long des cours d'eau, qui sont marquées par la présence du rônier Borassus aethiopium.

Le parc abrite presque toutes espèces de grands mammifères de la savane soudanienne d'Afrique de l'Ouest : lion, léopard, serval, chacal à flanc rayé, éléphant, hippopotame, buffle, hippotrague, bubale, damalisque, cob Defassa, cob de Buffon, cob redunca, guib harnaché, ourébi, céphalophe de Grimm, céphalophe à flanc roux, phacochère. Quatre espèces de primates s'y rencontrent : le cynocéphale, le singe rouge, le singe vert et le galago du Sénégal. Le statut du lycaon et celui du guépard sont incertains mais ils se rencontrent dans le parc voisin de la Pendjari.

L'avifaune est de type soudano-guinéenne. Sa première description en 1979 avait permis de dénombré environ 278 espèces d'oiseaux. On note la présence de rapaces comme l'oricou, le gyps africain, le gyps de Rüppel, le percnoptère brun, le vautour huppé, l'aigle martial, le messager serpentaire, le bateleur ainsi que de nombreux échassiers et passereaux.

La présence de la rivière Pendjari et des mares adjacentes, toujours en eau, a favorisé le développement de ressources halieutiques importantes ; les espèces rencontrées sont : Lates niloticus, Auchenoglanis occidentale, Clarias anguilaris, Gymnarcus niloticus, Bragus docma, Heterobranchus sp., Mormyrus sp., Synodontis sp. Heterotis, Cytharinus.

Contact
M. Georges Y. NAMOANO, Conservateur du Parc d’Arly
+226 70 01 62 46 / 78 66 53 52
Email : namoano_yg@gmail.com